Tout s’envenime. En pleine apnée, bêtement installés, nos yeux figés s’accrochant aux moindres détails étouffent. De nos respirations le verre se couvre d’une saloperie de pellicule laissant apparaître de ridicules pictogrammes. Ces vestiges stigmates dessinés par des doigts sales soudoient notre attention. Lancés à pleine allure, le crépuscule nous prend en chasse et nous piège de nos propres reflets. Le paysage défile, nos iris tressaillent bien incapables de s’arrimer quelque part. L’éventualité de surprendre nos regards troublés nous menace de l’asphyxie. Rien ne va. Il n’y a qu’une fuite lointaine qui puisse nous sauver des imperceptibles chatoiements de ce triple-vitrage. Elle est impossible. Nous sommes coincés entre l’instabilité environnante et la constance de nos ombres.

Argon à la con !

  • 10 septembre 2018
  • Posté par romain

"La propriété c'est le vol" & "la paternité un devoir" & "le commerce un délit"

Creative Commons License